Picture2

« ECHO Beyrouth »

Un Projet Lauréat qui Résonne au Cœur de Paris

Aujourd'hui marque la troisième année de mon arrivée en France, depuis le 4 septembre 2020. Pour marquer ce jour mémorable, j'ai entrepris la rédaction de cet article, afin de dévoiler le projet qui me tient à cœur et qui a pris forme depuis.

Photo---Taline PATCHANIAN

 

Je m’appelle Taline PATCHANIAN, je suis libanaise, d’origine arménienne. Architecte et paysagiste de formation, j’ai débuté mes études au Liban et complété ma spécialisation à l’Ecole nationale supérieure de paysage de Versailles en 2020-2021. Intéressée par les notions de l’écologie et de la biodiversité, j’ai poursuivi avec un master supplémentaire en approche écologique du paysage à l’université Paris-Saclay en 2021-2022, comme complément de mon parcours initial.

Mon arrivée en France remonte à 2020, marquant un tournant décisif. J'ai été contrainte de quitter mon pays en urgence à la suite de l'explosion du port de Beyrouth le 4 août 2020. Je suis moi-même l'une des survivantes de cette tragédie. Je travaillais dans un chantier d’architecture situé juste en face du port où l'explosion a eu lieu. Cette catastrophe a entraîné la perte de mon emploi et m'a laissée dans une situation financière précaire, incapable de transférer mes fonds du Liban vers la France. Néanmoins, j’ai refusé de baisser les bras. Chaque fin annonce un nouveau départ.

Ce nouvel élan m'a conduit en France et plus précisément à la Cité Internationale Universitaire de Paris en 2020, où j'ai entrepris de façonner mon projet professionnel intitulé "Penser les paysages post-traumatiques après l'explosion du port de Beyrouth". Ce projet s'ancre dans mon désir de contribuer à la reconstruction et au développement de mon pays, le Liban. Parallèlement à mon parcours académique, j'ai découvert la France en tant que terre d'opportunités. C'est là que j'ai pris connaissance du concours annuel "Jardins du monde en mouvement", qui se déroule à la Cité Internationale Universitaire de Paris et s'adresse aux paysagistes professionnels ainsi qu'aux artistes. Animée par cette nouvelle perspective, j'ai cherché à rendre hommage à mon pays et à transformer la douleur vécue en une œuvre artistique symbolique. C'est ainsi qu'est née l'idée de créer une installation devant la Maison du Liban.

 

I-Frise historique :

Picture2

 

Vraisemblablement, Beyrouth a traversé de nombreux événements tragiques qui ont profondément marqué son paysage sonore, tout au long de l’histoire :

  • Les échos des anciennes civilisations sont encore perceptibles grâce à la présence des fouilles archéologiques à Beyrouth (depuis 1300 av. J.-C.)
  • La guerre civile libanaise a fait résonner les rues de Beyrouth avec ses tumultes pendant une quinzaine d’années (de 1975 à 1990)
  • L'assassinat du premier ministre libanais Rafic HARIRI a secoué la ville de manière brutale et choquante (en 2005)
  • La guerre de juillet a laissé une trace profonde à Beyrouth, avec des périodes de conflit et des bombardements aériens qui ont eu un impact significatif sur la vie quotidienne de la ville (en 2006)
  • La révolution libanaise a impulsé Beyrouth par les voix du changement (en 2019)
  • La dévastatrice explosion du port de Beyrouth a laissé une cicatrice profonde et a mobilisé les efforts de reconstruction (en 2020).

 

II-Concept :

 

Partant de cette frise historique, j'ai tracé l'empreinte sonore de Beyrouth. Ce graphisme a servi de base à la définition du concept et a donné au projet sa forme distinctive et appropriée. L’objectif initial est de :

  • Créer l’Identité de Beyrouth --> par la mise en relief des Echos du Paysage Sonore de Beyrouth --> à travers les matériaux et des plantes locales libanaises symbolisant chaque écho recherché.
  • Relation avec le lieu --> à travers les formes perceptuelles (sonorisation perceptuelle et expérimentale - favorisée par les cinq sens).

 

A) En voici les Echos de Beyrouth exprimés en (Matériaux + Symbolisme) :

1-Religion (Eglise + Mosquée) argile --> Création de l’Homme --> Symbole du Façonnement.

2-Martyrs --> acier  --> Protection de soi / Résistance --> Symbole du Patriotisme.

3-Guerre --> métal --> Vibration agressive (guerre civile) --> Symbole de la Guerre.

              verre brisé --> Traces de la destruction / révolution / guerre --> Symbole de Révolution.

4-Nature --> bois de cèdre --> Image du Paradis sur terre --> Symbole de l’Immortalité.

5-Civilisations --> pierre --> Mémoire du passé / Héritage culturel / Patrimoine --> Symbole des                                                                                                                  Civilisations de Beyrouth.

 

 

B) J’ai de même associé l’arbre adéquat à chaque Echo recherché :

1- Religion (Boswellia sacra) :

Cette plante a une signification religieuse importante dans plusieurs religions, notamment le christianisme et l'islam, où il est utilisé dans les rituels religieux et les cérémonies. Le nom commun de cette plante « Oliban » qui a donné au pays son nom par son abondance (اللبان —> لبنان).

2- Martyrs (Myrtus communis) :

Cette plante est adoptée dans les arrangements floraux des funèbres. Son essence est de tout temps utilisée pour parfumer les corps des martyrs.

3- Guerre (Papaver rhoeas) :

Les fleurs rouges de cette plante sont associées à la guerre en raison de leur couleur qui rappelle les gouttes de sang versées lors des conflits. Elles sont souvent utilisées comme symbole de commémoration pour honorer les soldats tombés au combat.

(Thymbra spicota) & (Origanum syriacum) :

Ces dernières sont des plantes aromatiques médicinales utilisées pour guérir les maux, ce qui symbolise l'espoir de guérison et de réparation après les destructions causées par la guerre et les explosions.

4- Nature (Cedrus libani) :

Le cèdre du Liban, également connu sous le nom de "Cèdres de Dieu", est un symbole de l'immortalité en raison de sa longévité et de sa résistance. Il est également l'arbre emblématique du Liban, figurant sur son drapeau national.

5- Civilisations (Laurus nobilis) :

Le laurier est un symbole de sagesse et de paix dans de nombreuses civilisations, notamment en Italie où il est associé aux couronnes portées pendant les cérémonies de remise de diplômes.

 

III-Intégration du projet dans le site :

Picture4

 

IV-Expérimentation des cinq sens :

Ainsi, l’installation "Echo Beyrouth" située en vis-à-vis de la Maison du Liban, matérialise la forme graphique de la réverbération du son qui produit l’écho. Les visiteurs sont invités à explorer l'identité sonore de Beyrouth à travers leurs cinq sens. Des matériaux recyclés (argile, acier, métal, verre brisé, pierre naturelle) se combinent à des plantes locales libanaises entre les lattes de bois, symbolisant ainsi les échos identitaires de la capitale. Cette installation offre une expérience sensorielle complète, à la fois sonore, perceptible, olfactive, tactile et aromatique. Le terme "écho" fait également écho à l'écologie et oriente ainsi le choix d'une palette végétale en résonance avec cette thématique.

 

Depuis le 4 septembre 2020, la Cité Internationale Universitaire de Paris m'a offert un accueil chaleureux. Aujourd'hui, j’exprime ma profonde gratitude envers le campus pour laisser une trace de mon passage. Je dédie cette œuvre à tout Libanais qui fait preuve de résilience à l'étranger.

Vous êtes cordialement conviés à découvrir mon œuvre éphémère qui continue de captiver avec l'arrivée de la rentrée. Vos réactions sont les bienvenues, alors n'hésitez pas à les partager sur les réseaux sociaux en utilisant les hashtags #ECHO_Beyrouth et #Maison_du_Liban :

 

287630161_171511291961597_8435631272152642591_n

Editorial – Le Challenge 2023 au coeur de la France

2023, comme toute nouvelle année, cache beaucoup de surprises, de nouvelles épreuves, quelques moments difficiles parce que c’est la vie, mais également beaucoup de nouvelles opportunités, de nouvelles connaissances et de nouvelles expériences.

 

Les étudiants Libanais en France se préparent pour une nouvelle saison du programme « Le Challenge – Paris » suite au succès de ce programme l’année passée sur le territoire parisien.

 

 

 

 

Flashback Le Challenge-Paris 2022

 

Selon Mme Mira Kassab, présentatrice du programme, regarder les visages des jeunes étudiants lui rappelle de doux souvenirs de membres chers et précieux de The Challenge-Paris et de La Maison Du Liban à Paris de l’année 2022. Chaque jeune homme et femme s’est investi corps et âme dans The Challenge-Paris. «Nous aurons ces souvenirs chaleureux et ce lien de cette nouvelle expérience. C’était comme chez soi loin de chez soi. Le Challenge-Paris a réuni les Libanais dans leurs cœurs au Liban, familles et amis.

 

Réalisations et buts :

« Aider les étudiants libanais à l’étranger s’ajoute à notre objectif de maintenir des normes d’enseignement et d’éducation élevées au Liban, où de nombreuses familles ne peuvent pas envoyer leur enfants à l’école. Par conséquent, le défi avait apporté un soutien financier à de nombreuses écoles libanaises dans le besoin, afin qu’elles puissent poursuivre leur mission d’enseigner et de prendre soin. Comment pourrions-nous oublier nos participant qui ont reçu un soutien et des prix pour leur donner un coup de main affectueux. 

Compte tenu des moments  difficiles et critiques que traverse notre pays bien-aimé, et puisque le peuple libanais a toujours aspiré à donner à la jeunesse une excellente éducation. Le Challenge-Paris vise à encourager et engager les jeunes à poursuivre leurs objectifs éducatifs en organisant des concours. Le Challenge-Paris est la seule plateforme venant du Liban, où la jeunesse libanaise expose ses capacités et ses compétences scientifiques et littéraires exceptionnelles pour être également vue chez aimablement encore pour ses proches au Liban. »

 

Comment tout a commencé ?

« La première étape a été avec M. Dani Abi Chahla (Président de l’Association Culturelle Franco Libanaise) qui m’a mise en contact avec M. Bernard El Ghoul (Directeur de la Maison du Liban à la Cité Internationale Universitaire de Paris - CIUP) et Mme Marlene Atié (Directrice-adjointe). Ces personnes ont toujours eu le Liban dans leur cœur et tout l’amour de la France. En tant qu’équipe, nous étions si heureux de joindre la France et le Liban dans Le Challenge-Paris. Des parent, des amis, des parents et des étudiants de tout le Liban ont vu leurs proches sur Le Challenge-Paris vivre une belle vie dans une France sure et aimante. » Rajoute Mme Kassab « Les deux pays sont devenus un. Tout cet amour du Liban à la France et vice-versa a brillé dans Le Challenge-Paris et sur le visage de nos équipes et participants que nous espérons poursuivre. »

 

 

WhatsApp Image 2023-01-14 at 17.46.294

 

Retour d’expérience :

Ahmad ABD EL KADER et Hadi HASSAN, les deux membres de l’équipe gagnante n’hésitent toujours pas à témoigner très vivement leur belle expérience : 

« En tant que participant  dans cette compétition culturelle, nous sommes absolument ravis de notre succès. Cette compétition était extrêmement stimulante et nous avons apprécié chaque moment. Nous nous sommes senti très honorés de partager notre passion pour la culture avec les autres participants et nous avons été impressionnés par leur connaissance également.

Nous nous sommes préparés pendant des semaines, en révisant nos connaissances sur l'histoire, l'art, le sport, la littérature et les mathématiques. Nous étions convaincus que nous allons bien nous débrouiller, mais nous n’imaginons pas pouvoir remporter le premier prix.

Nous tenons à remercier les organisateurs de la compétition pour cette opportunité incroyable et pour avoir créé un environnement si stimulant pour les participants. Nous sommes également reconnaissant aux autres participants pour leur camaraderie et leur esprit sportif.

Remporter ce prix est un véritable honneur et nous sommes fier de notre performance. Nous allons continuer à explorer et à apprendre sur la culture, et nous espérons avoir l'occasion de participer à d'autres compétitions comme celle-ci dans le futur. »

 

Cette année aussi, Le Challenge sera tourné pour sa deuxième année en France pour servir les mêmes cause humanitaires, tout en s'éblouissant de l'esprit de la jeunesse et se surprendre par la qualité de leur connaissances culturelles. Au Challenge! 

 

par Dina El Ahdab

WhatsApp Image 2021-12-14 at 20.59.08

Pourquoi les immigrants sont-ils plus susceptibles de devenir des entrepreneurs ?

 

par Ahmad ABD EL KADER

WhatsApp Image 2021-12-14 at 20.48.39

 

Si vous avez eu la chance d'obtenir l'un des vaccins contre le « Covid-19 », vous devez remercier un entrepreneur immigrant. Les sociétés Pfizer, BioNTech et Moderna ne sont pas uniquement leader dans la recherche sur les vaccins existants sur ARN messagers (ou ARNm), mais tous sont également fondés ou co-fondés par des immigrés. Les immigrants allemands Charles Pfizer et Charles Erhart ont fondé Pfizer aux États-Unis, l'immigrant turc Ugur Sahin a fondé la société BioNTech en Allemagne et l'immigrant libanais Noubar Afeyan a fondé la société Moderna aux États-Unis.

 

Les entrepreneurs qui ont fondé ces entreprises sont des exemples notables d'une tendance plus large. Mais nous avons une compréhension limitée des raisons pour lesquelles tant d'immigrants prennent le risque de démarrer une entreprise. Des recherches antérieures ont attribué ce phénomène aux effets du pays d'accueil ; comme la discrimination sur le marché du travail et des politiques d'immigration sélectives, la disponibilité d'opportunités spécifiques au sein des groupes ethniques dans les zones où les taux d'immigration sont généralement élevés.

 

 

Quelles sont les motivations des entrepreneurs immigrés à créer leur propre entreprise ?

 

D’après mes recherches, j'ai trouvé une arrière-pensée pour les « entrepreneurs immigrants » : l'auto-sélection sur la personnalité. Les deux décisions de migration volontaire et de création d'entreprise sont liées à un niveau de risque élevé. Les entrepreneurs de toutes sortes sont menacés de faillite. De plus, les migrants sont également confrontés à des risques supplémentaires importants (Chômage ou du sous-emploi à la xénophobie et aux traumatismes psychologiques). Cependant, les immigrants ont une tendance à prendre le risque.

 

Dans les pays avec des taux de migration nets : l'auto-sélection peut poser des problèmes; en effet le talent entrepreneurial peut devenir une partie de la « fuite des cerveaux » globale. Bien que les pays d'origine bénéficient des activités entrepreneuriales des migrants à travers le commerce et les envois de fonds, ils souffrent moins de créations d'emplois et de répercussions économiques indirectes que les pays d'accueil. Cependant, il y a une lueur d'espoir dans mes découvertes : comme indiqué, les immigrants qui sont retournés dans leur pays d'origine étaient les plus capables d'entreprendre. Cela est probablement dû à leur expérience, à leur capacité à tirer parti des opportunités acquises à l'étranger et à l'avantage de travailler dans un environnement familier à leur retour.

 

Les implications sociales de ces politiques peuvent être importantes. L'entrepreneuriat peut offrir aux migrants et aux migrants de retour des opportunités d'avancement et d'intégration. De plus, il contribue à la création d'emplois et à l'innovation dans l'ensemble de la société. Cela pourrait même conduire au développement d'un nouveau type de vaccin contre une pandémie mondiale.

WhatsApp Image 2021-11-23 at 11.28.34

Les cèdres mouvants

 

 

Dans une belle ambiance conviviale, les résidents de la fondation Maison du Liban à la Cité Internationale Universitaire de Paris se sont regroupés le 22 Novembre 2021 pour se faire rappeler de la journée d'indépendance du Liban qui a eu lieu 1943.

Bien que leur pays natal souffre désormais de plein de crises ; économiques, sociales, politiques et même existentielle, l'espoir reste enfui dans une jeune génération qui se trouve de plus en plus éparpillée dans le monde entier.

En France, les libanais n'oublient jamais leurs racines. " Si nous sommes ici en France en cette période de crise c'est pour consolider nos connaissances, nos talents et nos pouvoirs afin de pouvoir les apporter plus tard au Liban. Malheureusement, nous n'avions par forcément la chance de les développer au Liban. "

Ainsi la diaspora libanaise se prépare pour un meilleur Liban, où chaque individu est un cèdre mouvant.

par Dina El Ahdab

personal marketing

Editorial le cèdre 2021/2022 : L’expression d’un point de vue collectif et du marketing personnel.

par Dina El Ahdab, PhD

          La fondation Maison du Liban de la Cité International Universitaire de Paris est assez riche par les capacités intellectuelles, culturelles et innovatives de ses résidents. Personne ne remettrait en doute la valeur des ces qualités mais elles sont, généralement, difficiles à évaluer et à mettre en évidence, d’où la nécessité d’investir dans le « marketing » personnel.

Par définition, le « marketing » personnel, ou « personal branding », est le fait de gérer les compétences d'une personne, ses valeurs et sa valeur ajoutée pour son entourage, son public professionnel, son positionnement et son image par l’application des techniques du marketing à soi-même dans le but de développer sa propre image de marque.

La présente revue de presse a été fondée afin d’offrir aux résidents de la fondation Maison du Liban, actuels et anciens, une plateforme d’expression libre qui leur permettra d’élargir leurs compétences en communication nécessaire à l’expansion d’un réseau professionnel qui leur sont adéquat et de construire leur image de marque.

Pourquoi élargir les compétences en communication ?

La réponse est simple :

• Pour partager des convictions ou des analyses
• Pour transmettre de la connaissance
• Pour sensibiliser à une problématique

Les jeunes peuvent rapidement se sentir noyés dans la masse et ne plus savoir comment faire entendre leur voix, d’où l’intérêt de s’investir dans la rédaction des articles. Dans un même temps d’autres peuvent utiliser leur plume pour faire passer des idées ou encore changer les choses.

Une communauté ne peut pas vivre sans partage. Un réseau ne vit que si des idées sont échangées.
Particulièrement, en termes de marketing personnel, si nous cherchons à faire reconnaître notre expertise, cela passe nécessairement la production d’un contenu et son partager au sein d’un réseau.
En effet, nous vivons clairement dans une société du paraitre où l’image prime avant tout le reste : c’est pourquoi il est primordial de soigner son image de marque personnelle tant au niveau de la personnalité et des actes qu’au niveau de la communication.

Ceci consiste sur les points suivants :

1- Définir sa stratégie Marketing de soi
2- Révéler ses talents
3- S’adapter à son contexte
4- Réaliser ses projets
5- Image de soi et notoriété
6- Se présenter et convaincre
7- Communiquer efficacement
8- Présence sur les réseaux sociaux

pmar

 

 

Aujourd’hui, le fait de ne pas accroître sa visibilité et son image professionnelle peut inhiber sa propre réussite.
Gérer son employabilité sous-entend de rester visible en développant une forte présence en ligne. Mais cela demande aussi de développer un plan de communication efficace autour de sa différence, de ses compétences-clés et du partage de ses valeurs pour acquérir de la visibilité voire de l’influence.

En conclusion, publier c’est exister.

Juliette ELAMINE

Le Nom de mon père, essem abi

 

« Le Nom de mon père, essem abi » ; un roman qui retrace l’histoire de Bassam Al Jallil, jeune libanais de dix-neuf ans, qui commence à Cana al Galil, sud Liban, le 30 juillet 2006, par une belle nuit d’été, où la violence et la soudaineté des bombardements sont indescriptibles.

Pour Bassam, la vie se fige, la mort s’abat. Six années plus tard, c’est en Europe, loin de ses terres et de ses origines, qu’il essaye tant bien que mal de survivre au traumatisme qui l’a frappé.
Sa rencontre avec Camille va venir bouleverser son fragile quotidien.
L’amour pourra peut-être enfin l’aider à se reconstruire et reprendre goût à la vie.

Juliette Elamine, franco-libanaise de 31 ans, orthophoniste de formation, vient de publier son premier roman « Le nom de mon père : essem abi », aux éditions Librinova.

Jeune auteure de romans et nouvelles, ses écrits ont pour toile de fond, le Liban. Son origine libanaise est héritée de son père, dont l’histoire a inspiré cette première fiction.
Symbolisés par les destins de ses personnages, c’est son attachement à ses origines et son amour pour le pays qu’elle veut transmettre. Elle partage son univers sur les réseaux sociaux, ainsi que sur son blog, accessibles à cette adresse : https://linktr.ee/lesmotsduliban

Le livre est disponible à la commande dans la majorité des librairies de France. A Paris, on le trouve dans les rayons de la librairie La terrasse de Gutenberg (12ème).

Juliette a choisi de verser tous les bénéfices de ses ventes à l’opération solidaire « Ensemble pour Beyrouth » qui œuvre pour le pays ; notamment depuis l’explosion du port le 4 août 2020.
Un choix évident pour elle, qui avait à cœur de se sentir active, pour soutenir son pays, qui traverse une crise sans précédent.

La jeune auteure espère porter ce projet le plus loin possible, et soutenir Beyrouth et le Liban, à travers sa passion pour l’écriture.

Hope

لبنان: الترنّح عند ناصية الأمل

 

   ! لقد انتهينا 

 

.إنتهينا إلى أبشع مصير. إلى حضيض القعر سقطنا وهوينا

 

هذه حالنا في لبنان، بين أمسٍ مأزومٍ وغدٍ مجهول، فيما الحاضر يترنّح ما بين بين. الحالة الدّاهمة للأزمة الإقتصاديّة تنال منّا ليس فقط في أوضاعنا المعيشيّة، ولكن في إستقرارنا المجتمعيّ أيضًا لتهدّد إستمراريّة المجتمع اللّبنانيّ برمّته، بمكوّناته وطاقاته البشريّة، بهويّته ووجوده. الهجرة الجارفة تستنزف ما تبقّى من الشّباب، فالطّائرات تمتلأ بجحافل المغادرين من غير رجعة، فيما الزّوارق تغرق بمن رأى فيها للهرب وسيلة. مقابل كلّ هذا، بعد مرور أكثر من سنة على بدء الأزمة، أحزابٌ تتفرّج على إنهيار الإقتصاد وتلاشي المجتمع دون أيّ رؤيةٍ سياسيّة إقتصاديّة إجتماعيّة تطرحها كأساسٍ لعملها السّياسيّ اليوميّ . لا تملك هذه الأحزاب الحلول، حتمًا، لأنّ الحلّ قد يكون بتنحّيها عن السّلطة بعد أن فرّغت الحكم من أيّ نقاشٍ سياسيّ إجتماعيّ هادف، وأصبحت هي فارغة. وإن صحّ تسميتها أحزابًا قانونًا، إلّا أنّنا في لبنان ليس لدينا سوى مؤسّسات / دكاكين طائفيّة بحلّة أحزابٍ تقليديّة تعمل على شراء الوقت لتأجيل الأزمات، حفاظًا على بقائها على حساب بقاء المجتمع

 

أين نحن إذًا اليوم من الأمل فيما الإحباط لا غالب عليه؟ ماذا يعني الأمل أو غيابه فيما الإنهيار يستمرّ كأنّ لا قعر له؟

 

 

ألأزمة كنافذة إلى الأمل بالتّغيير

 

ألأزمات بأوجهها تختلف، وتتشابه بتماثلٍ واحد يفسح للأمل مكانًا فيها. فكلّ الأزمات تترافق مع التغّيير؛ ذلك لأنّ الأزمة بحدّ ذاتها إنعكاس ا لنهاية نظامٍ ما كان سارٍ في وقتٍ سابق وفقد قدرته على الإستمرار، فكانت الأزمة. في لبنان، الأزمة هي نهاية المنظومة الإقتصاديّة الّتي كانت قائمة وبدأت بالإنهيار منذ نحو السّنتين. لذلك التغّيير بعد الأزمة هو أمر واقع لأنّه يتمثلّ بالإنتقال من حالة قديمة إلى حالة جديدة، ليست بالضّرورة أفضل من سابقتها. فالتغّيير ما هو إلّا فرصة إن اغتنمت كان الخلاص، وإن هُدرت كان هلاك المجتمع. ولسنا في هذا الصّدد لا متشائمين سوداويّين، ولا متفائلين كذلك، بل ساعين وراء القراءة الواقعيّة الموضوعيّة حتىّ لا يحلّ بنا مصير مجتمعاتٍ تحوّلت أو زالت.

 

المثال الفنزويلّي قد يكون الأكثر تمثيلًا لعواقب إنسحاب الأزمة الإقتصاديّة على تبدّد المجتمع. فمع التضّخّم الجامح للأسعار في فنزويلّا ، واشتداد الجوع والمرض والجريمة والوفيّات والهجرة من البلاد، "فنزويلّا أصبحت بحقّ مثالًا رئيسًا على الكيفيّة الّتي يمكن أن يؤدّي بها الفساد وسوء الإدارة الإقتصاديّة والحكم غير الدّيمقراطي إلى معاناة واسعة النّطاق"، بحسب ما ذكرت مؤسّسة بروكينجز الأميركيّة. ورغم أنّ الأزمتين اللّبنانيّة والفنزويليّة مختلفتان من حيث المسبّبات المباشرة، إلّا أنّ أوجه الشّبه بينهما مقلقة لجهّة إنكار وجود الأزمة بدايةً في البلدين وخفت أصوات المحذّرين منها. لكنّ الأزمة الفنزويليّة لم تعرف إلّا أن تفضح نفسها بنفسها، فتجلّت سريعًا في الفساد السّياسيّ المفضوح، والتدّهور الحادّ لقيمة العملة الوطنيّة، والنّقص المزمن في الغذاء والدّواء، وإغلاق الشّركات، والبطالة، وتدهور الإنتاجيّة، وإنتهاكات حقوق الإنسان. ها هي التدّاعيات نفسها بدأنا نتلمّسها في لبنان. فهل نتعّظ ونعي خطورة المآل المريع قبل أن نصبح فنزويلّا الشّرق مع 90 % من سكّانها تحت خطّ الفقر، وأكثر من النّصف عاجز عن تلبية إحتياجاته الغذائيّة الأساسيّة، وبأعلى معدّل عالمي لجرائم القتل؟

 

لا هو التغّيير مستحيل، ولا الأمل فيه ساذج إن كان مقرونًا برؤي ة واضحة وخطّة إجرائيّة محدّدة. برهاننا على ذلك دول بتركيبات إجتماعيّة معقّدة كلبنان إنتقلت بإقتصادها من الأزمة إلى الإزدهار. رغم أنّه لا يجمع شعبها لغةٌ أو قوميّةٌ أو تاريخٌ مشترك، تمكّنت سنغافورة أن تتحوّل من دولة مستنقعات إلى أقوى إقتصادات العالم بفضل تشبّثها بموردها البشريّ والإصرار على التعّليم للجميع بأيّ وسيلةٍ ممكنة. سنغافورة ذات ال 725 كم 2، الأصغر من لبنان حجمًا، حقّقت نموًّا إقتصاديًّا بلغ ٧٫٩ % عام 2020 ، فيما لبنان يسجّل إنكماشًا إقتصاديًّا حتىّ - 12.٧ ٪، ويقدّر بالوصول إلى - 14 % خلال عام. هنا أيضًا قد لا تتشابه أزمة لبنان بسواها، لكنّ العبرة تبقى في مسيرة التغّيير في دولٍ وقعت ثمّ نهضت.

 

اليوم، وبالرّغم من خيباته ومن إنكساراتنا، علينا برؤية الأزمة كفرصة تستثمر للتغّيير الإيجابيّ في توقيتٍ يُمكن اعتباره الأفضل للعمل السّياسيّ الحقيقيّ والمثمر. ففي أحلك الأزمات وأشدّها، أيّ نقطة ضوءٍ أو أملٍ بالتغيير تزداد إشعاعًا ليغلب نورها فضاء العتمة. فبحسب قول د. علي المستريحي: "الأمل يختبئ عند نهاية كلّ طريقٍ مسدود".

 

 

 

 

Hope

 

 

ما هو الأمل في الحياة السّياسيّة ومستقبل الشّعوب؟

 

الأمل من حيث التعّريف يرادف الترّقّب برجاء لتحقّق حدثٍ ما أو عدمه. أمّا في السّياسة، فيتخطّى الأمل هذا التعّريف الضّيّق ليرادف المراد أو الخيار المتخّذ عن سابق تيقّنٍ وثقةٍ بتحقّقه. أولى شروط الأمل بالتغّيير إذًا هو الإيمان بأنّ التغّيير ممكن، فلا الدّولة عصيّة على أيّ نوعٍ من الإصلاح، ولا لبنان عصيّ على أيّ نوعٍ من التغّيير.

 

في السّياسة، الأمل هو أن تمتلك أو تؤيّد طرحًا سياسيًّا، وتدفع به نحو التنّفيذ إيمانًا منك أنّ فرصه وافرة بالتحّقّق وبالعودة بالخير على المجتمع إن تحقّق. بناءُ هذا الأفق للمستقبل يحفّز الأمل في الحاضر، بينما إنعدام هذا الأفق يراكم اليأس في النّفوس ويمهّد للرّضى بأفضل الممكن. إنطلاقًا من هنا، الأمل في الممارسة السّياسيّة هو نقيض "التفّرّج" أي متابعة الأحداث من مقعد المشاهد، بل هو المشاركة الفاعلة من خلال لعب دور المساهم في الحلّ. لذا وجود الأمل أو غيابه مرتبط إرتباطًا وثيقًا بمدى إيمان اللّبنانيّين بأنّهم جزء مقرّر وفاعل في مسار تطوّر الأحداث.

 

 

المسؤوليّة السّياسيّة الفرديّة، مقوّماتها ومفاعيلها

 

دقّت ساعة الأمل!

 

إنتهينا إلى أسوأ الظّروف، صحيح، لكنّ كلّ نهاية تعلن بداية جديدة. عند هذا المفصل التاّريخيّ من مستقبل وطننا لبنان، علينا بالوعي السّياسيّ، بعدم التلّاشي، وبالسّعي إلى المعرفة وغربلة الأفكار البنّاءة، وسط فوضى الأقاويل والتحّاليل غير المجدية وضوضاء الأحزاب الطّائفيّة التقّليديّة ورجعيّتها.

 

حان وقت المحتوى على حساب الشّعارات، وتحديد الخيارات على حساب الثرّثرة. حان الوقت أن نحسم موقفنا، لا أن نتأرجح بين الخيارات متفرّجين، فيما الأمل يتر نّح بين النّجاة والسّقطة الأخيرة. علينا إذًا، وواجبنا، أن نضط لع على مختلف الطّروحات السّياسيّة الموضوعة من المجموعات والأحزاب السّياسيّة، ولا عجب في ألّا نجدها عند أيّ حزبٍ طائفيّ. علينا أن نؤيّد طرحًا ما أو أن نختلف معه، أن ننخرط في حزبٍ أو أن نؤيّده، أو أن نخطّ موقفنا منه. فليكن النّقاش الوطنيّ مفتوحًا حول الطّروحات السّياسيّة المختلفة في الإقتصاد والإجتماع، لا حول العصبويّات الطّائفيّة القبليّة.

 

إنّنا أمام واجب تحمّل مسؤوليّتنا السّياسيّة الفرديّة، فالأزمة لا تمهل والإنهيار لا ينكفأ أمام القلق وهدر الوقت. ولا الّامبالاة والإستسلام للواقع المؤقّت الرّاهن هي من مقوّمات الأمل كذلك. لن يتخطّى المجتمع ككلّ حالة اليأس، حتمًا، حتىّ يفرض واقع ا جديدًا، لكنّ على القلّة الّتي تنعم بالأمان الإجتماعيّ أن تحمل على كاهلها مسؤوليّة مصير فئات المجتمع الأكثر ضعفًا.

 

لا للإستقالة من واجبنا كمواطنين لبنانيّين، نعم لتحمّل مسؤوليّة التغّيير وحرف المسار!

DINA

Premier éditorial de l’édition 2020-2021

Rédigé par Dina El Ahdab

DINA

 

Cher(e)s ami(e)s,

 

Cela fait presque un an depuis la création de la revue de presse de la fondation Maison du Liban à Paris, « Le Cèdre ».

Bien que l’année passée fût pleine de difficultés, autant au niveau mondial qu’au niveau national au Liban et qui ont eu certainement d’impacts directs et indirects sur les résidents de la maison libanaise à Paris, ces derniers, actuels et anciens, n’ont pas hésité à s’exprimer régulièrement dans des articles abordant des sujets différents selon leur spécialités d’études ou selon leurs centres d’intérêts. Cette diversité a touché les domaines de la science politique et économique, des sciences technologiques, de l’environnement et de la santé et finalement de l’art et de la culture.

 

Aujourd’hui, à la suite de l’élection du nouveau comité de résidents de la Maison du Liban, nous avons le plaisir de vous annoncer le lancement de notre deuxième édition sous le slogan : « En ligne, en contact avec demain ».

Dans l'ère actuelle de l'émergence de la presse en ligne et de l'effervescence médiatique qui règne autour du réseau Internet, la dématérialisation apporte une « plus-value » qui se concrétise par une notion fréquemment utilisée de nos jours : « la mobilité ». Que ce soit personnel ou professionnel, on est tous contraint à se mobiliser, à un moment donné.

 

Nous tenons dans cette deuxième édition à vous rappeler les propos de cette revue digitale, voir ce qu’elle peut et doit vous apporter.
Au fait, cette revue de presse est l'outil idéal pour analyser les retombées de vos projets et de vos activités dans la presse afin d’améliorer vos relations avec les journalistes et les professionnels de votre domaine d’expertise. Il n'y a pas de meilleure méthode pour connaître les différents supports et potentiels qui vous entourent au sein de la maison du Liban et qui ne sont toujours pas découverts. Elle vous permet de se situer par rapport à la concurrence et la connaissance. Elle vous motive et est capable de vous intégrer correctement dans la vie sociale entre les résidents, surtout dans cette période de crise sanitaire que nous vivons à cause de l’émergence de la pandémie du COVID-19 et qui nécessite le respect de la distanciation sociale et la limitation des grands rassemblements.

 

Comme déjà mentionné au début de notre tout premier éditorial ; à l’image de l’Association culturelle franco-libanaise (ACFL) ; marraine de la MDL, le but de cette plateforme d’expression se repose sur le fait de porter haut la voix des jeunes et de contribuer au rapprochement des universitaires ainsi qu’à la diffusion de leurs idées et perspectives.
Nous vous invitons à considérer cette revue de presse comme témoignage en ligne de votre passage à la maison libanaise à Paris. Ceci est une invitation à épanouir vos passions et vos ambitions par votre propre pinceau ; une opportunité pour s’exposer à la communauté. Ceci est l’estrade pour promulguer votre savoir, dans le temps, aux générations actuels et du futur.

 

A vous !

canada

L’immigration au Canada : retour d’expérience.

Quelques astuces et conseils avant de se lancer dans votre démarche d’immigration au Canada.

NK

 

par Nicolas Khalaf

 

       Compte tenu de la situation actuelle au Liban incarnée par la détérioration de la situation économique, politique, sociale et même vitale, les libanais sont désormais obsédés par l’immigration. Reconnu sur le plan international comme étant le fer de lance en matière d’intégration des immigrants, particulièrement, le Canada ?? est devenu la première destination d’immigration des libanais. Mondialement, c’est la deuxième destination d'immigration derrière les États-Unis.
En effet, le Canada a l’une des politiques d’immigration les plus positives dans le monde et a toujours fait des efforts importants en créant un espace favorable à l’épanouissement humain des nouveaux arrivants.
Beaucoup de personnes me demandent comment j’avais fait pour obtenir ma résidence permanente Canadienne ?? (que j’ai laissé expirer car j’ai choisi finalement de rester à Paris).
Bien que depuis que j’ai obtenu mon visa d’immigration en 2014 les choses ont évolué (il y a eu l’introduction des tests de langue par exemple), voici quelques conseils qui restent toujours valables :

canada

 

1- Vous n’avez pas besoin d’un avocat ! Vous pouvez faire la démarche en toute autonomie à condition de bien lire les informations ℹ️ du site web officiel du gouvernement Canada et/ou du gouvernement du Québec.

 

2- Un avocat ne peut en aucun cas accélérer le délai du traitement de votre dossier ?. Par contre, vaut-mieux retourner vers un avocat si vous n’avez pas le temps et si vous avez le budget.

 

3- Si vous décidez d’avoir recours à un avocat, vérifiez bien qu’il est enregistré dans le barreau des avocats du Québec ou à Beyrouth (pour les libanais) et au moins ayez une ou deux références de confiance concernant cette personne.

 

4- Attention ⚠️ aux arnaques en ligne (ou hors ligne) ! Il y en a vraiment trop. Les arnaqueurs (des sites malhonnêtes et non officiels et qui prétendent de l’être) peuvent vous faire payer beaucoup d’argent ou vous promettre un travail à votre arrivée au Canada… etc. Méfiez-vous de ce genre de sites et de ces promesses irréalistes qui peuvent éventuellement vous faire rêver. Personne ne peut vraiment vous trouver du travail c’est à vous de le faire...
Une règle d’or : Quand c’est trop beau pour être vrai posez-vous deux fois la question.

https://www.canada.ca/fr/immigration-refugies-citoyennete/services/proteger-fraude/internet-courriel-arnaques-telephoniques.html

Ou

http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/informations/note-fraude.html

 

5- Pour ceux qui veulent partir au Québec (Montréal par exemple) il faut dans un premier temps obtenir le CSQ (Certificat de Sélection du Québec) avant de déposer la demande fédérale :  les dernières informations et les mises à jour sont disponibles sur le seul site officiel du gouvernement du Québec : http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/index.html il y a même la grille de sélection détaillée pour estimer ses chances d’être accepté. Par exemple voici les critères pour être accepté dans la catégorie des Travailleurs Qualifiés. Les facteurs et critères pris en compte étant :

- Votre formation (dont le niveau de scolarité et le domaine de formation). Seuls les diplômes obtenus avant le dépôt de votre demande sont considérés dans l’attribution du pointage aux critères Niveau de scolarité et Domaine de formation;

- Votre expérience professionnelle;

- Votre âge;

- Vos connaissances en français et en anglais;

- Les séjours que vous avez faits au Québec et vos liens de parenté avec un citoyen canadien ou un résident permanent au Québec;

- La possession d'une offre d'emploi permanent validée par le ministère; 

- Les caractéristiques liées au conjoint (époux ou conjoint de fait) qui vous accompagne, le cas échéant;

- D'autres facteurs sont pris en compte dont : le nombre d'enfants de moins de 22 ans qui vous accompagneront au Québec;

- Votre capacité d'autonomie financière (vous devez signer un contrat par lequel vous vous engagez à subvenir à vos besoins et à ceux de votre famille pendant au moins les trois premiers mois suivant votre arrivée au Québec).

Il y a aussi une partie d’aide très bien faite où vous pouvez télécharger ce guide « Apprendre le Québec» sur ce lien suivant : http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/publications/fr/divers/apprendrelequebec.pdf

 

6- Pour ceux qui souhaitent immigrer au Québec, il existe des séances d’informations en ligne et gratuites organisées par le gouvernement du Québec pour répondre à vos questions. Vous pouvez réserver une place c’est sur ce lien suivant: http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/services/seances-information.html

 

7- Une fois le CSQ en main ?? ou bien si vous voulez partir dans une autre province que le Québec (Ontario par exemple) il faut aller sur le seul site officiel du gouvernement du Canada pour la demande du visa (partie fédérale) : https://www.cic.gc.ca
(Avant de vous donner le visa il y a une enquête ?️ de sécurité et une visite médicale pour vérifier que vous n’avez pas une maladie grave avant l’obtention du visa. Le visa expire un an après la visite médicale ou à l’expiration de votre passeport si ce dernier expire avant. Dans certains cas il faut refaire une nouvelle visite médicale si le visa n’est pas émis dans les délais d’un an).

 

8- Si vous décidez de faire la demande hors du Québec, un outil est mis à disposition pour simuler le nombre de points et donc vos chances d’être admis au Canada dans la section Immigrants Qualifiés : https://www.cic.gc.ca/francais/immigrer/qualifie/scg-outil.asp

 

9- A noter que seuls les pays qui ont des conventions avec le Canada leurs diplômes y sont reconnu (par exemple USA, France ”selon les secteurs”). Sinon il faut faire des équivalences pour travailler dans son propre métier si ce dernier est réglementé (Ingénieur, avocat, médecin ?⚕️ … etc.) cette démarche peut être longue, difficile et parfois nécessite la reprise des études, vaut mieux bien se renseigner avant de partir pour ne pas être déçu à l’arrivée ou bien de prévoir un plan B de travailler dans un autre secteur non réglementé au début.

 

10- Deux choses sont importantes et peuvent beaucoup vous aider pour trouver facilement du travail au Canada. 1 c’est d’avoir une expérience canadienne c.à.d avoir déjà travaillé au Canada (ce qui n’est pas toujours le cas, c’est pour ça prendre n’importe quel job au début est une bonne chose). 2. Avoir un bon niveau d’anglais.

 

11- Pour savoir les dernières astuces et nouveautés, un forum fiable, « cool » et très « helpful », est mis en place pour vos démarches pour le Québec, mais pas que. Des informations sur les délais de traitement des demandes grâce au témoignage des membres (faut compter entre 1 et 2 ans) est disponible sur l’adresse suivante : https://www.immigrer.com/

 

12- Pour les tests de langue on ne vous demande pas d’être Shakespeare ou Voltaire, mais tout simplement avoir le niveau nécessaire pour pouvoir communiquer en anglais et en français (pour le Québec).

canada2

 

Bonus :

13- Vous pouvez joindre éventuellement un groupe sur Facebook formé par et à destination des libanais à Montréal où vous trouverez des conseils de libanais vivants à Montréal: https://www.facebook.com/groups/siropdarabe/?ref=share

Voilà vous savez tout maintenant, bonne chance à tous.

1

COVID-19 outbreak: moving from guidance to evidence

2

by Dr. Elissa Naim

As the pandemic is still taking its part in the world, researchers are putting all their efforts to unveil the impact of the virus on people’s health and socioeconomic status thus searching for the best practices and interventions to be implemented.


Public health recommendations and governmental measures during the COVID-19 pandemic have resulted in numerous restrictions on daily living including social distancing, isolation and home confinement. While these measures are imperative to abate the spreading of COVID-19, the impact of these restrictions on health behaviours and lifestyles at home is being presented in some recent international publications.

 

In some countries, food consumption and meal patterns were unhealthy during confinement. People changed their eating behaviours, with increased consumption of unhealthy food, eating out of control, more snacking between meals and an overall higher number of main meals. An increment in home made sweets, bread and pizza consumption was presented. Some studies have shown that these tendencies were more frequent in overweight and obese individuals. Moreover, fruit and vegetables consumption was different according to countries. Despite the obvious tendency of turning to planting and growing, the majority attributed the decrease of fruit and vegetables consumption to difficulties of the agricultural supply chain, lower availability and higher price of such items. Some people admitted the fact that fruit and vegetables did not appeal to them while in lockdown. Indeed, during the lockdown, the sense of hunger and satiety changed: some have less appetite, while others increased their appetite. Accordingly, the increased sense of hunger and the consequent change in eating habits could justify the perception of weight gain observed. One study have shown that overweight, obese, and late adults tended to gain weight more frequently, whereas those with underweight tended to lose it further which might be due to the fact of skipping meals. Hence, increased BMI was seen to be associated with less frequent consumption of vegetables, fruits, and legumes during quarantine, and higher adherence to meat, dairy and fast-foods.

3

Furthermore, smoking and alcohol consumption were also studied. Hence, alcohol binge drinking was seen to be decreased. This shift simply reflects the mere substitution of “social drinking”, in bars and restaurants with in-house use. Interestingly, the self-reported decrease in alcohol use was mirrored by an increase in tea, coffee, and herbal tea consumption. In addition, in some countries smokers experienced a rise in smoking frequency during the quarantine and others have decrease or quit smoking; which could be explained by the fear induced in smokers of the increased risk of respiratory distress and mortality from COVID-19.

 

Moreover, it seems that the home confinement had an effect on all physical activity intensity levels. Additionally, daily sitting time increased in hours for more E-activities. This might be due to the increased time that people were required to stay within their quarantine location. One study stated that in spite of an increased offering of PA guidance and classes available on social media, it has not been possible for individuals to adequately maintain their normal PA patterns. Furthermore, it was shown that those who did not use to play sports before the lockdown did not use this as an opportunity to start. However, among those who already took part in sports, training frequency at home has increased.

In fact, the public health strategies that focused on social distancing have led to an increase in loneliness and social isolation, which play a significant role in lifestyle behaviors. Some studies represented cases of people reporting increased anxiety and depression episodes. Thus resulting in more difficultly in achieving weight loss goals, less exercise time and intensity, increased stockpiling of food and stress eating. Noting that people with obesity already have a 25% increased risk of developing mood and anxiety disorders. Some people found that healthy eating patterns to be more challenging as they are baking more and stress eating more than usual. This might be due to the lower emotional mood or boredom. Indeed, some authors described that eating highly palatable foods appeared to decrease stress levels. Thus people are switching to chose comfort food, notably chocolate, ice-cream, desserts and salty snacks. Due to recent economic challenges, patients may be more likely to select cheaper foods, which are often energy dense and nutrient poor.Therefore, even though more patients are cooking at home, the type of foods that are being stockpiled are likely to be processed foods due to their longer shelf life. These are associated with greater intake of fat, carbohydrate and calories, which facilitate greater weight gain and being more exposed to chronic diseases.

 

Considering that COVID-19 has so far no effective preventive and pharmacological therapies available, healthy eating habits and lifestyle are crucial to reduce susceptibility to long-term complications. So try to take benefit from the online fitness and cooking apps and webinars thus staying aware, motivated and healthy.