canada

L’immigration au Canada : retour d’expérience.

Quelques astuces et conseils avant de se lancer dans votre démarche d’immigration au Canada.

NK

 

par Nicolas Khalaf

 

       Compte tenu de la situation actuelle au Liban incarnée par la détérioration de la situation économique, politique, sociale et même vitale, les libanais sont désormais obsédés par l’immigration. Reconnu sur le plan international comme étant le fer de lance en matière d’intégration des immigrants, particulièrement, le Canada 🇨🇦 est devenu la première destination d’immigration des libanais. Mondialement, c’est la deuxième destination d'immigration derrière les États-Unis.
En effet, le Canada a l’une des politiques d’immigration les plus positives dans le monde et a toujours fait des efforts importants en créant un espace favorable à l’épanouissement humain des nouveaux arrivants.
Beaucoup de personnes me demandent comment j’avais fait pour obtenir ma résidence permanente Canadienne 🇨🇦 (que j’ai laissé expirer car j’ai choisi finalement de rester à Paris).
Bien que depuis que j’ai obtenu mon visa d’immigration en 2014 les choses ont évolué (il y a eu l’introduction des tests de langue par exemple), voici quelques conseils qui restent toujours valables :

canada

 

1- Vous n’avez pas besoin d’un avocat ! Vous pouvez faire la démarche en toute autonomie à condition de bien lire les informations ℹ️ du site web officiel du gouvernement Canada et/ou du gouvernement du Québec.

 

2- Un avocat ne peut en aucun cas accélérer le délai du traitement de votre dossier 📁. Par contre, vaut-mieux retourner vers un avocat si vous n’avez pas le temps et si vous avez le budget.

 

3- Si vous décidez d’avoir recours à un avocat, vérifiez bien qu’il est enregistré dans le barreau des avocats du Québec ou à Beyrouth (pour les libanais) et au moins ayez une ou deux références de confiance concernant cette personne.

 

4- Attention ⚠️ aux arnaques en ligne (ou hors ligne) ! Il y en a vraiment trop. Les arnaqueurs (des sites malhonnêtes et non officiels et qui prétendent de l’être) peuvent vous faire payer beaucoup d’argent ou vous promettre un travail à votre arrivée au Canada… etc. Méfiez-vous de ce genre de sites et de ces promesses irréalistes qui peuvent éventuellement vous faire rêver. Personne ne peut vraiment vous trouver du travail c’est à vous de le faire...
Une règle d’or : Quand c’est trop beau pour être vrai posez-vous deux fois la question.

https://www.canada.ca/fr/immigration-refugies-citoyennete/services/proteger-fraude/internet-courriel-arnaques-telephoniques.html

Ou

http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/informations/note-fraude.html

 

5- Pour ceux qui veulent partir au Québec (Montréal par exemple) il faut dans un premier temps obtenir le CSQ (Certificat de Sélection du Québec) avant de déposer la demande fédérale :  les dernières informations et les mises à jour sont disponibles sur le seul site officiel du gouvernement du Québec : http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/index.html il y a même la grille de sélection détaillée pour estimer ses chances d’être accepté. Par exemple voici les critères pour être accepté dans la catégorie des Travailleurs Qualifiés. Les facteurs et critères pris en compte étant :

- Votre formation (dont le niveau de scolarité et le domaine de formation). Seuls les diplômes obtenus avant le dépôt de votre demande sont considérés dans l’attribution du pointage aux critères Niveau de scolarité et Domaine de formation;

- Votre expérience professionnelle;

- Votre âge;

- Vos connaissances en français et en anglais;

- Les séjours que vous avez faits au Québec et vos liens de parenté avec un citoyen canadien ou un résident permanent au Québec;

- La possession d'une offre d'emploi permanent validée par le ministère; 

- Les caractéristiques liées au conjoint (époux ou conjoint de fait) qui vous accompagne, le cas échéant;

- D'autres facteurs sont pris en compte dont : le nombre d'enfants de moins de 22 ans qui vous accompagneront au Québec;

- Votre capacité d'autonomie financière (vous devez signer un contrat par lequel vous vous engagez à subvenir à vos besoins et à ceux de votre famille pendant au moins les trois premiers mois suivant votre arrivée au Québec).

Il y a aussi une partie d’aide très bien faite où vous pouvez télécharger ce guide « Apprendre le Québec» sur ce lien suivant : http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/publications/fr/divers/apprendrelequebec.pdf

 

6- Pour ceux qui souhaitent immigrer au Québec, il existe des séances d’informations en ligne et gratuites organisées par le gouvernement du Québec pour répondre à vos questions. Vous pouvez réserver une place c’est sur ce lien suivant: http://www.immigration-quebec.gouv.qc.ca/fr/services/seances-information.html

 

7- Une fois le CSQ en main 🤚🏻 ou bien si vous voulez partir dans une autre province que le Québec (Ontario par exemple) il faut aller sur le seul site officiel du gouvernement du Canada pour la demande du visa (partie fédérale) : https://www.cic.gc.ca
(Avant de vous donner le visa il y a une enquête 🕵️ de sécurité et une visite médicale pour vérifier que vous n’avez pas une maladie grave avant l’obtention du visa. Le visa expire un an après la visite médicale ou à l’expiration de votre passeport si ce dernier expire avant. Dans certains cas il faut refaire une nouvelle visite médicale si le visa n’est pas émis dans les délais d’un an).

 

8- Si vous décidez de faire la demande hors du Québec, un outil est mis à disposition pour simuler le nombre de points et donc vos chances d’être admis au Canada dans la section Immigrants Qualifiés : https://www.cic.gc.ca/francais/immigrer/qualifie/scg-outil.asp

 

9- A noter que seuls les pays qui ont des conventions avec le Canada leurs diplômes y sont reconnu (par exemple USA, France ”selon les secteurs”). Sinon il faut faire des équivalences pour travailler dans son propre métier si ce dernier est réglementé (Ingénieur, avocat, médecin 👨⚕️ … etc.) cette démarche peut être longue, difficile et parfois nécessite la reprise des études, vaut mieux bien se renseigner avant de partir pour ne pas être déçu à l’arrivée ou bien de prévoir un plan B de travailler dans un autre secteur non réglementé au début.

 

10- Deux choses sont importantes et peuvent beaucoup vous aider pour trouver facilement du travail au Canada. 1 c’est d’avoir une expérience canadienne c.à.d avoir déjà travaillé au Canada (ce qui n’est pas toujours le cas, c’est pour ça prendre n’importe quel job au début est une bonne chose). 2. Avoir un bon niveau d’anglais.

 

11- Pour savoir les dernières astuces et nouveautés, un forum fiable, « cool » et très « helpful », est mis en place pour vos démarches pour le Québec, mais pas que. Des informations sur les délais de traitement des demandes grâce au témoignage des membres (faut compter entre 1 et 2 ans) est disponible sur l’adresse suivante : https://www.immigrer.com/

 

12- Pour les tests de langue on ne vous demande pas d’être Shakespeare ou Voltaire, mais tout simplement avoir le niveau nécessaire pour pouvoir communiquer en anglais et en français (pour le Québec).

canada2

 

Bonus :

13- Vous pouvez joindre éventuellement un groupe sur Facebook formé par et à destination des libanais à Montréal où vous trouverez des conseils de libanais vivants à Montréal: https://www.facebook.com/groups/siropdarabe/?ref=share

Voilà vous savez tout maintenant, bonne chance à tous.

1

COVID-19 outbreak: moving from guidance to evidence

2

by Dr. Elissa Naim

As the pandemic is still taking its part in the world, researchers are putting all their efforts to unveil the impact of the virus on people’s health and socioeconomic status thus searching for the best practices and interventions to be implemented.


Public health recommendations and governmental measures during the COVID-19 pandemic have resulted in numerous restrictions on daily living including social distancing, isolation and home confinement. While these measures are imperative to abate the spreading of COVID-19, the impact of these restrictions on health behaviours and lifestyles at home is being presented in some recent international publications.

 

In some countries, food consumption and meal patterns were unhealthy during confinement. People changed their eating behaviours, with increased consumption of unhealthy food, eating out of control, more snacking between meals and an overall higher number of main meals. An increment in home made sweets, bread and pizza consumption was presented. Some studies have shown that these tendencies were more frequent in overweight and obese individuals. Moreover, fruit and vegetables consumption was different according to countries. Despite the obvious tendency of turning to planting and growing, the majority attributed the decrease of fruit and vegetables consumption to difficulties of the agricultural supply chain, lower availability and higher price of such items. Some people admitted the fact that fruit and vegetables did not appeal to them while in lockdown. Indeed, during the lockdown, the sense of hunger and satiety changed: some have less appetite, while others increased their appetite. Accordingly, the increased sense of hunger and the consequent change in eating habits could justify the perception of weight gain observed. One study have shown that overweight, obese, and late adults tended to gain weight more frequently, whereas those with underweight tended to lose it further which might be due to the fact of skipping meals. Hence, increased BMI was seen to be associated with less frequent consumption of vegetables, fruits, and legumes during quarantine, and higher adherence to meat, dairy and fast-foods.

3

Furthermore, smoking and alcohol consumption were also studied. Hence, alcohol binge drinking was seen to be decreased. This shift simply reflects the mere substitution of “social drinking”, in bars and restaurants with in-house use. Interestingly, the self-reported decrease in alcohol use was mirrored by an increase in tea, coffee, and herbal tea consumption. In addition, in some countries smokers experienced a rise in smoking frequency during the quarantine and others have decrease or quit smoking; which could be explained by the fear induced in smokers of the increased risk of respiratory distress and mortality from COVID-19.

 

Moreover, it seems that the home confinement had an effect on all physical activity intensity levels. Additionally, daily sitting time increased in hours for more E-activities. This might be due to the increased time that people were required to stay within their quarantine location. One study stated that in spite of an increased offering of PA guidance and classes available on social media, it has not been possible for individuals to adequately maintain their normal PA patterns. Furthermore, it was shown that those who did not use to play sports before the lockdown did not use this as an opportunity to start. However, among those who already took part in sports, training frequency at home has increased.

4

In fact, the public health strategies that focused on social distancing have led to an increase in loneliness and social isolation, which play a significant role in lifestyle behaviors. Some studies represented cases of people reporting increased anxiety and depression episodes. Thus resulting in more difficultly in achieving weight loss goals, less exercise time and intensity, increased stockpiling of food and stress eating. Noting that people with obesity already have a 25% increased risk of developing mood and anxiety disorders. Some people found that healthy eating patterns to be more challenging as they are baking more and stress eating more than usual. This might be due to the lower emotional mood or boredom. Indeed, some authors described that eating highly palatable foods appeared to decrease stress levels. Thus people are switching to chose comfort food, notably chocolate, ice-cream, desserts and salty snacks. Due to recent economic challenges, patients may be more likely to select cheaper foods, which are often energy dense and nutrient poor.Therefore, even though more patients are cooking at home, the type of foods that are being stockpiled are likely to be processed foods due to their longer shelf life. These are associated with greater intake of fat, carbohydrate and calories, which facilitate greater weight gain and being more exposed to chronic diseases.

 

Considering that COVID-19 has so far no effective preventive and pharmacological therapies available, healthy eating habits and lifestyle are crucial to reduce susceptibility to long-term complications. So try to take benefit from the online fitness and cooking apps and webinars thus staying aware, motivated and healthy.