WhatsApp Image 2021-12-14 at 20.59.08

Pourquoi les immigrants sont-ils plus susceptibles de devenir des entrepreneurs ?

 

par Ahmad ABD EL KADER

WhatsApp Image 2021-12-14 at 20.48.39

 

Si vous avez eu la chance d'obtenir l'un des vaccins contre le « Covid-19 », vous devez remercier un entrepreneur immigrant. Les sociétés Pfizer, BioNTech et Moderna ne sont pas uniquement leader dans la recherche sur les vaccins existants sur ARN messagers (ou ARNm), mais tous sont également fondés ou co-fondés par des immigrés. Les immigrants allemands Charles Pfizer et Charles Erhart ont fondé Pfizer aux États-Unis, l'immigrant turc Ugur Sahin a fondé la société BioNTech en Allemagne et l'immigrant libanais Noubar Afeyan a fondé la société Moderna aux États-Unis.

 

Les entrepreneurs qui ont fondé ces entreprises sont des exemples notables d'une tendance plus large. Mais nous avons une compréhension limitée des raisons pour lesquelles tant d'immigrants prennent le risque de démarrer une entreprise. Des recherches antérieures ont attribué ce phénomène aux effets du pays d'accueil ; comme la discrimination sur le marché du travail et des politiques d'immigration sélectives, la disponibilité d'opportunités spécifiques au sein des groupes ethniques dans les zones où les taux d'immigration sont généralement élevés.

 

 

Quelles sont les motivations des entrepreneurs immigrés à créer leur propre entreprise ?

 

D’après mes recherches, j'ai trouvé une arrière-pensée pour les « entrepreneurs immigrants » : l'auto-sélection sur la personnalité. Les deux décisions de migration volontaire et de création d'entreprise sont liées à un niveau de risque élevé. Les entrepreneurs de toutes sortes sont menacés de faillite. De plus, les migrants sont également confrontés à des risques supplémentaires importants (Chômage ou du sous-emploi à la xénophobie et aux traumatismes psychologiques). Cependant, les immigrants ont une tendance à prendre le risque.

 

Dans les pays avec des taux de migration nets : l'auto-sélection peut poser des problèmes; en effet le talent entrepreneurial peut devenir une partie de la « fuite des cerveaux » globale. Bien que les pays d'origine bénéficient des activités entrepreneuriales des migrants à travers le commerce et les envois de fonds, ils souffrent moins de créations d'emplois et de répercussions économiques indirectes que les pays d'accueil. Cependant, il y a une lueur d'espoir dans mes découvertes : comme indiqué, les immigrants qui sont retournés dans leur pays d'origine étaient les plus capables d'entreprendre. Cela est probablement dû à leur expérience, à leur capacité à tirer parti des opportunités acquises à l'étranger et à l'avantage de travailler dans un environnement familier à leur retour.

 

Les implications sociales de ces politiques peuvent être importantes. L'entrepreneuriat peut offrir aux migrants et aux migrants de retour des opportunités d'avancement et d'intégration. De plus, il contribue à la création d'emplois et à l'innovation dans l'ensemble de la société. Cela pourrait même conduire au développement d'un nouveau type de vaccin contre une pandémie mondiale.

WhatsApp Image 2021-11-23 at 11.28.34

Les cèdres mouvants

 

 

Dans une belle ambiance conviviale, les résidents de la fondation Maison du Liban à la Cité Internationale Universitaire de Paris se sont regroupés le 22 Novembre 2021 pour se faire rappeler de la journée d'indépendance du Liban qui a eu lieu 1943.

Bien que leur pays natal souffre désormais de plein de crises ; économiques, sociales, politiques et même existentielle, l'espoir reste enfui dans une jeune génération qui se trouve de plus en plus éparpillée dans le monde entier.

En France, les libanais n'oublient jamais leurs racines. " Si nous sommes ici en France en cette période de crise c'est pour consolider nos connaissances, nos talents et nos pouvoirs afin de pouvoir les apporter plus tard au Liban. Malheureusement, nous n'avions par forcément la chance de les développer au Liban. "

Ainsi la diaspora libanaise se prépare pour un meilleur Liban, où chaque individu est un cèdre mouvant.

par Dina El Ahdab

rim

The effect of getting “on board” with gender diversity on corporate social responsibility performance: a literature review

Rim Khayat

Corporate social responsibility has become one of the important concerns to the business world. It has come up as a significant subject matter in the international business community. It is no longer defined by the amount of money a company contributes to charity, but it is the involvement in activities that improve the quality of people’s lives. Businesses that ignore this responsibility run a serious risk that may affect their existence. Despite the fact that gender diversity is acquiring considerable importance, most research has focused on analyzing how it affects the financial performance of the firms. A critical review of the existing literature on the impact of gender diversity in boards to test its effect on the Corporate Social Responsibility (CSR), confirms a positive relationship between board gender diversity and corporate social responsibility.

In fact having women on board of directors positively improves the social strategy of a company, because women tend to be more sensitive towards corporate responsibility issues (William, 2003). For that reason, the European Commission tooked in 2012 some measures to ensure a good representation of women on board. They proposed a directive to have 40% women out of the total number of board members. Even if in actual application, the number did not reach 40% in most of the countries (European Commission, 2018).

“We should highlight the potential value of team diversity as a practical tool for architecting decision-making processes,” said Harvard Business School Professor Francesca Gino. The results show that teams outperform individual decision makers 66% of the time and the decision-making improves as team diversity increases. It is showed that the decision-making process while having age+gender+geographic diversity is the best scenario. So, additional research linking gender and geographic diversity with the decision-making process and in particular CSR decisions can be done.

 

Source: Bloomberg – diversity and inclusion research

In order to have an actual greater participation of women in the corporate senior management positions actions should be taken on 3 different levels: in society, in corporations and in individual mind-sets.

Every person should start from changing the stereotypes and the unconscious bias that is present in the mind-sets.

The corporations have to play an important role to provide a supportive environment for women’s development.
In the society, the government can help with policies and infrastructures, creating childcare facilities for example, which is an essential factor that enable a big number of women to participate in the workforce and in particular occupy management positions.

I believe that the progress we have seen over the last ten years is important but not enough. A big number of corporations think that they have achieved gender diversity by having one woman at their top boardroom. Commitment to diversity does not stop at one, women need to be seen at board level not as a “female director” but simply as a “director”. Women can perform as well as or even better than men.

The remaining problem is that each woman leader is competing with maybe 10 men to get there, so she should be exceptional to get to the top. However, many people think that this competition is not fair, and companies need to create a culture of equality in the workplace. It is mainly a matter of empowerment, and companies should create that supportive equal culture.

However, I believe supporting quotas only when they drive the objectives of the company. It should never be only about just making up numbers. What is important is to focus on the competences and skills that women do not become tokens but really sit in the boardroom because they deserve to be there.
One thing I would change in the approach is to start thinking about gender balance as being more than a women’s issue. We need to see it more as a business issue and as a societal issue. Gender balance and fairness is beneficial for men and women alike.

Inscriptions
Les candidatures pour l'année 2022-2023 sont ouvertes.
Les demandes sont à déposer impérativement avant le 31 mai 2022,
sur le site de la Cité Universitaire Internationale de Paris : cliquez-ici.
 
close-link